La vague


Le sommeil se faufile et s’évade

La vie aujourd’hui a un goût fade

Je me languis, je m’ennuie,

Je me soucie, c’est fini.

La vague de béton s’abat

Sur ma poitrine en émoi.

J’étouffe, aidez-moi,

Ecoutez ce cœur qui bat.

Voile noir, pensées embrumées

Refluent, lentement poussés

Au loin par le calme retrouvé.

Au coin de quelle rue,

Au détour de quel parfum

Me surprendras-tu

De bon matin, ce soir, demain?

5. Juillet 2017

Advertisements